Connect with us

Nationale

Startups, développez gratuitement vos solutions technologiques innovantes en postulant à l’Orange Summer Challenge 2018

Publié

le

Orange Developer Center en partenariat avec le FabLab Solidaire Jeunes Science de Tunisie innovent et proposent un nouveau concept pour l’édition 2018 de la compétition incontournable « Orange Summer Challenge » (OSC). Une première cette année : OSC 2018 va matcher cinq startups et des équipes de jeunes talents pour travailler ensemble, durant les 2 mois d’été, et donner naissance à une solution technologique innovante.

Startups, trouvez des ressources qualifiées pour avancer sur votre projet

Dans cette édition 2018, 5 startups seront sélectionnées pour former des équipes avec de jeunes talents encadrés et coachés par des experts. Ces équipes pourront réaliser des études de marché et développer des prototypes de solutions technologiques innovantes. C’est donc l’occasion de collaborer avec de jeunes aux compétences multiples et de bénéficier d’un accompagnement gratuit et personnalisé par des coaches professionnels selon votre besoin pour booster votre startup. Au lieu de faire appel à des prestataires, Orange Developer Center et le FabLab Solidaire Jeunes Science de Tunisie vous donnent l’opportunité de former votre « dream team » et faire décoller votre solution technologique.

Au-delà de la compétition, Orange Tunisie donnera accès à de nouvelles opportunités de réseautage et d’accélération à travers les multiples programmes proposés par le groupe Orange en Tunisie et à l’international. Alors, si vous êtes une startup, saisissez votre chance et postulez à Orange Summer Challenge 2018. Vous pourrez convaincre nos jeunes talents de vous rejoindre dans l’aventure.

Jeunes talents diplômés, mettez-vous à l’épreuve !

Orange Developer Center et le FabLab Solidaire Jeunes Science de Tunisie sont en quête de jeunes talents motivés et prédisposés à forger leurs compétences dans le développement web et mobile, le design, les systèmes embarqués, le marketing et la gestion de projets. Ces jeunes étudiants ou diplômés auront l’occasion de travailler sur des projets réels dans un cadre professionnel et contribuer à la réussite d’une future grande entreprise.

5 « dream teams » seront formées pour collaborer avec 5 startups. Elles seront composées de profils variés, en IT mais aussi en marketing et chaque candidat aura la liberté de choisir le projet pour lequel il souhaite s’impliquer.

7 000 DT à la clé pour la première équipe gagnante !

Une cérémonie de pitch final aura lieu en septembre, en présence d’un jury exigeant du monde des affaires et de l’entrepreneuriat, pour défendre les idées de projets et récompenser les jeunes talents.

4 prix à la clé pour les 4 équipes gagnantes sont prévus : 7000 DT, 5000 DT, 3000 DT et 2000 DT. Quant aux startuppers, ils ont tout à gagner : un projet plus performant, un accompagnement personnalisé, des ressources dédiées et une solution technologique développée.

Les places sont limitées ! Rejoignez l’aventure OSC 2018 en envoyant votre candidature sur ce lien avant jeudi 14 juin.

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Divers

Radio tounsi, les rêves des jeunes sous les bottes des directeurs

Publié

le

Par

Avant première/ Mosaab aymen

Radio Tounsi, une radio web de jeunes, a détourné des fonds accordés pour un projet de media étudiant à son profit.   

La corruption avait poussé les Tunisiens à manifester leur ras-le-bol contre le pouvoir en place. Des manifestations de mécontentement qui ont finalement abouti à une révolution qui a mis fin à 24 ans de règne du président de Ben Ali. Les jeunes, en particulier, souhaitaient mettre fin au climat général de corruption qui gangrenait les institutions et le marché du travail. La banque Mondiale estimait ainsi à près de 2% de son PIB annuel le cout de la corruption à la Tunisie.

7 ans après qu’en ait il ? Une instance Nationale de Lutte contre la Corruption, INLUCC, avait été créée au lendemain de la révolution en 2011. La corruption qui servait aussi comme cheval de bataille du 1er Ministre Youssef Chahed en 2016, lors de la formation de son gouvernement, a-t-elle disparue ou au moins faiblie ? La dernière affaire de détournement de fonds public dédiés à des jeunes Etudiants Tunisiens par une radio Tunisienne locale, Radio Tounsi, démontre le contraire et l’ampleur du phénomène qui touche tous les secteurs de la société Tunisienne y compris les medias et la société civile.

L’affaire Radio Tounsi, escroquerie et exploitation des jeunes : Radio Tounsi, radio web basée au quartier de Mutuelleville à Tunis,  s’est bénéficiée d’une bourse de la part de l’Organisation internationale de développement de media Internews pour implémenter un projet d’échange « Al Jisr » de media Etudiant de 3 mois renouvelable commençant le 1er Janvier au 31 Mars 2018 . Le projet avait pour but d’encourager les étudiants à s’exprimer et à couvrir les évènements de leur vie estudiantine. Radio Tounsi devait être la plateforme pour la création et diffusion de contenus media produit par les étudiants, les coacher et leur permettre de discuter de thématiques autour du journalisme et de la démocratie. Dans ce but, la radio a reçu une bourse en Février 2018 de 16 342USD de la part d’Internews par virement bancaire devant couvrir les salaires des étudiants travaillant sur le projet, l’achat de matériel (camera…), petites indemnités pour les étudiants produisant du contenu, organisation d’une formation sur les principes de base du journalisme etc.

BUDGET DESCRIPTION
Salaires Equipe projet JISR 3576$
Visite du Département de Journalisme de l’Université d’Arizona pour 3 étudiants aux Etats-Unis 7290$
Equipement pour les Etudiants (Appareil photos, micro, carte mémoire…) 4620$
Rémunération pour les étudiants et formation 856$
TOTAL 16342$

 

Faux et usage de faux

Mais rien de l’accord passé n’a vu le jour et l’argent du projet a disparu dans les caisses du Directeur, Arslene Hachicha. Les activités du projet n’ont pas été implémentées. Les étudiants travaillant sur le projet n’ont jamais été payé, le matériel jamais acheté… Le directeur s’est contenté de donner comme tout justificatif un simple document word avec des dépenses ambigües, voir fictives.

Les étudiants qui présentaient un sacré intérêt pour ce projet ont vite déchanté « Enfin nous, les étudiants, avions l’opportunité d’avoir les moyens de nous exprimer dans un projet si novateur. Mais cela a été volé, gâché par l’avidité du Directeur de la Radio qui s’est servie de nous, de ce projet, uniquement pour détourner les fonds octroyés. » Une étudiante  a ajouté « Ce projet détourné, bloqué par la radio est d’une grande frustration. Cela contribue au climat d’impunité car ces voleurs en cravate ne sont pas dérangés, et pire, cela leur donne le signal que c’est comme cela que ça marche, qu’avec des factures falsifiées on ne va pas leur demander des comptes. Ils vont ainsi continuer leurs pratiques mafieuses. » Un autre étudiant a rajouté en amertume « La façon dont on a été détourné ce projet nous rappelle les pratiques de l’ère de Ben Ali et tout ce à quoi nous nous sommes battus en Tunisie contre : la corruption, l’exploitation des jeunes par les seniors, le détournement des fonds des projets de développement, le vol de nos opportunités… C’est cette mentalité mafieuse dont nous avons à faire face et qu’il faut mettre fin.»

Il est temps de changer les mentalités et les façons de faire des générations qui ont été façonnées par des décennies de dictature, de la « culture de la magouille », la corruption généralisée est une tache de grande envergure. Elle demande un plan d’action nationale a tous les échelons et une justice intransigeante refusant l’impunité.

La Tunisie saura t’elle se donner les moyens de ses ambitions de dignité et de croissance, mettre fin au fléau de la corruption et redonner la confiance aux jeunes et investisseurs ? Il en va de l’avenir de sa transition vers un Etat de Droit démocratique basée sur la justice.

Rapport-de-dépensesRadioTounsi

Contrat_Bourse_RadioTounsi_Internews

SG-R-TN1761-1_m00_DetailedBudget

Continuer la lecture

Nationale

Officiel : 2929 éléments terroristes tunisiens dans les zones de tension

Publié

le

 

“Le nombre des terroristes tunisiens se trouvant actuellement dans les foyers de tension s’élève à 2929 personnes, et environ 160 autres sont revenus de ces zones», a déclaré Sofien Seliti, le porte-parole du pôle judiciaire de lutte contre le terrorisme, lors d’un forum sur « l’extrémisme et la jeunesse ».

Ce dernier a révélé qu’en Tunisie le nombre des personnes jugées pour terrorisme a atteint 1500 détenus.

Selon  Sofien Selliti, ces terroristes ayant rejoint les zones de conflit sont issus du grand Tunis (32%), des régions côtières (28%), du sud (23%), du centre (9%) et du nord (8%). Le gouvernorat de Médenine demeure le plus grand exportateur de terroristes (395 personnes), suivi de l’Ariana (295 personnes), de Monastir (205 personnes), de Tunis (201 personnes) et de Tozeur (11 personnes).

Une étude réalisée par l’Institut Tunisien des études Stratégiques (ITES) en collaboration avec le ministère des affaires étrangères Néerlandais et deux centres de recherches Américain et Néerlandais, indique que la tranche d’âge des ces terroristes est comprise entre 25 et 29 ans, soulignant que 70% d’entre eux ne sont pas mariés.

Selon cette étude, 90 %  des terroristes retournant des zones de tension ont un niveau d’éducation moyen, et dans ce contexte, le porte-parole du pôle judiciaire de lutte contre le terrorisme affirme que «43% de ces éléments ont un niveau d’études secondaires, 47% ont un niveau d’études primaires et 4% seulement ont atteint les études supérieures».

De son côté, Néji Jalloul Président de l’ ITES, a révélé lors du forum, que ces jeunes tunisiens étant « convertis » en terrorisme sont issus de quartiers populaires avec le plus souvent une formation universitaire inachevée outre une médiocre culture religieuse avant leur intégration dans des groupes extrémistes armés.

 

 

Continuer la lecture

Facebook

Articles récents

Politique